Qu’est-ce que la géohistoire ?

Le néologisme braudelien de « géohistoire » a été initialement créé pour se démarquer d’une part de la géographie historique érudite incarnée par Auguste Longnon, d’autre part de la géopolitique développée par Karl Haushofer, et pour promouvoir une histoire intégrant le temps long du milieu, sous l’influence de la géographie environnementaliste adaptée en France par Vidal de la Blache (Braudel, 1949, 1979). Délaissé rapidement par Braudel lui-même, qui le trouvait « horrible », le mot connaît depuis les années 1990 (Grataloup, 1996) et plus encore 2000 (Jacob-Rousseau, 2009) un regain d’intérêt en France, tandis que la géographie témoigne d’une attention croissante aux dynamiques et aux temporalités (Pumain, 1997), et l’histoire aux spatialités, aux territorialités et aux échelles (Torre, 2008). Un champ de recherche aux frontières floues émerge à l’interface entre histoire et géographie. Il est porté par des chercheurs aux appartenances disciplinaires variées, utilisant ou non le terme de « géohistoire » (et/ou de « géographie historique »), mais qui partagent la conviction qu’il est impossible de penser la dimension spatiale des sociétés sans sa dimension temporelle et réciproquement, et par conséquent nécessaire d’impenser la frontière institutionnelle, chronologique et méthodologique héritée des sciences sociales du XIXe siècle (Wallerstein, 1991) qui oppose les triptyques histoire-passé-archives et géographie-présent-terrain. Le point commun, explicite ou implicite, aux recherches relevant de la géohistoire réside dans un positionnement épistémologique en faveur d’un changement d’échelles spatiales (la géohistoire est historiquement associée à l’histoire globale (Wallerstein, 1980) et temporelles (la géohistoire, héritière des trois temporalités braudeliennes, étudie volontiers le temps long (Droulers, 2001 ; Djament-Tran, 2011), dont la pertinence contemporaine consiste à proposer une autre lecture de la mondialisation, ou plutôt des mondialisations (Grataloup, 2007 ; Ghorra-Gobin, 2006 ; Lévy, 2008). Dans un pays où l’association scolaire et universitaire de l’histoire et de la géographie s’est souvent accompagnée d’un partage des tâches hiérarchique et de la marginalisation des formes d’hybridation, la promotion de la géohistoire représente également un enjeu didactique. Il est intéressant de noter que les futurs programmes de l’option d’histoire-géographie de classe de Terminale S, pour la première fois, ouvrent la voie d’un décloisonnement en proposant quatre questions-clés, mêlant histoire et géographie, « pour lire le monde ».

Relèvent de la géohistoire ainsi largement définie au moins quatre sous-champs de recherche en interférence.

–          La métagéographie fait l’histoire des construits et découpages spatiaux (Lewis & Wigen, 1997, comme le Proche- et Moyen-Orient (Capdepuy, 2008) ou les continents (Grataloup, 2009).

–          La géographie historique, particulièrement développée dans les universités anglaises et américaines (Darby, 1936 ; Baker, 2003), propose une géographie du passé (Trochet, 1998 ; Boulanger, Trochet, 2005).

–          L’histoire géographique, dont les origines remontent à l’influence de l’École vidalienne sur l’École des Annales(Bloch, 1931) et dont la première génération revendiquait le terme de géohistoire (Braudel, 1949 ; Chaunu, 1956 ; Morazé, 1947), consiste en une histoire prenant au sérieux la dimension environnementale des sociétés(Bertrand, 1975),l’organisation de l’espace; (Lepetit, 1984 et 1988), les centralités (Charle, Roche, 2002) et/ou les réseaux (Lombard, 1990).

–          On peut qualifier de nouvelle géohistoire les efforts de « structuralisation géographique de l’histoire » (Dosse, 1998) nés de croisements d’analyse spatiale et d’histoire géographique (Reynaud, 1992 ; Lepetit, Pumain, 1993 ; Archaeomedes, 1998). En son sein, on notera en particulier le dynamisme de l’archéologie spatiale – usage de modèles d’analyse spatiale à des fins de prospection et d’interprétation archéologique apparu dans les années 1960 (Renfrew, 1969) – et de la chrono-chorématique, qui utilise la chorématique pour représenter graphiquement les temporalités de l’espace(Théry, 1990 ; Atelier de chronochorématique du CNAU, 2011).

Certaines thématiques de recherche se prêtent en outre tout particulièrement à une approche géohistorique, qui étudie le passé et les dynamiques des espaces. Signalons en deux :

–          la géohistoire de l’environnement et du paysage (Jacob-Rousseau, 2010), en essor sous différents intitulés, au sein de laquelle l’archéogéographie propose une approche  réflexive et critique (Chouquer, 2008),

–          la géohistoire du patrimoine : si l’expression n’est pas labellisée, les études patrimoniales et notamment la géographie du patrimoine (Gravari-Barbas, Guichard-Anguis, 2003) impliquent une analyse conjointe de l’écriture de l’histoire et de la production et de l’aménagement de l’espace.

Vincent Capdepuy, Géraldine Djament-Tran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *